Polémique (Victor)

Publié le par krissolo

Que n’a-t-on pas lu et entendu ces derniers jours, dans tous les médias, dans la bouche des gens de l’ex France-d’en-Bas mais aussi dans celle de la majeure partie des journalistes, sans parler bien entendu de celle des politiciens ? Et que ne risque-t-on pas d’entendre en cas de nouveau mouvement de grève ?  Au cas où ce week-end de sport télévisuel  - clôture de la Coupe du Monde de rugby et du Championnat du Monde de formule 1, reprise du Championnat de France de football – vous aurait passablement endormi, je me suis permis d’en faire ci-après un petit florilège :


« Les régimes spéciaux sont un scandale » ;

« Il faut  les abolir, c’est une question d’équité » ;

« Et puis ces fonctionnaires qui profitent de leur statut pour faire tout le temps grève, ça aussi c’est scandaleux » ;

« Ils prennent les usagers en otage » ;

« Et de toutes les façons, le régime des retraites est trop déficitaire, il n’y a pas le choix ».


Revenons, si vous le voulez bien, sur ces cinq arguments :

« Les régimes spéciaux sont un scandale », … ah oui ? N’est-ce pas plutôt le fait d’obliger les salariés à travailler 40 années à plein temps pour espérer toucher une retraite à taux plein qui est un scandale ? 40 années à plein temps quand on sait que pour beaucoup l’entrée dans la vie active ne se fait pas avant 25 ans, n’est ce là pas un scandale ? Quand on sait que pour beaucoup – principalement des femmes – cette vie active est interrompue pour un temps par la naissance et l’éducation des enfants, n’est ce là pas un scandale ? Quand on sait que le temps partiel, l’intérim, les CDD sont une méthode de management RH de plus en plus mise en œuvre dans les entreprises, n’est ce là pas un scandale ? Quand on sait que les risques du chômage après 50 ans continuent d'être plus forts en France que dans n'importe quel autre pays européen, n’est ce là pas un scandale ?


Et puis, de quels régimes spéciaux parlons-nous ? De ceux des marins pêcheurs, des mineurs ou des cheminots ou bien alors de ceux des députes, des clercs de notaires ou des grands patrons? Et, quand bien même nous parlerions de l’ensemble des régimes spéciaux, en quoi sont-ils un scandale ? Toutes les professions se vaudraient donc ? Soit, partons de ce postulat et supprimons donc les régimes spéciaux, mais supprimons les vraiment tous alors! Ne supprimons pas que ceux des représentants de cette ex France-d'en-Bas amenée peu à peu à devenir France du Très-Bas. Supprimons les incroyables indemnités de fin de carrière et les retraites à multiples tiroirs des grands patrons et cadres supérieurs qui dirigent notre économie. Supprimons les régimes spéciaux de nos hommes politiques et des grands commis de l’Etat.


« Il faut  les abolir, c’est une question d’équité »
, … ah bon ! Tout d’abord l’équité cela ne veut rien dire. Sur les frontons des bâtiments de la République, il n’y a pas marqué « Liberté, Equité, fraternité » que je sache ! L’équité n’est que l’apparence de l’égalité, le cache-misère de l’inégalité. Une inégalité que le gouvernement souhaite entretenir,
avec le fameux paquet fiscal qui n'a profité pour l'instant qu'aux plus riches. De même qu'il entretient soigneusement la division du peuple français pour le transformer petit à petit en autant de classes et de castes antagonistes, rendues incapables de messages ou d’actions collectives.


« Et puis ces fonctionnaires qui profitent de leur statut pour faire tout le temps grève, ça aussi c’est scandaleux »
, … vous trouvez ? Vous trouvez qu’ils profitent de leur statut ? Le statut des cheminots par exemple, puisqu’il semblerait que la controverse porte principalement sur eux, fait qu’ils sont potentiellement d’astreinte 365 jours sur 365. Mieux, c’est justement lorsque la très grande majeure partie du pays part en congés qu’ils sont le plus mobilisés, durant les ponts du mois de mai ou les grands aller-retour de juillet et août. Et, durant le reste de l’année, quand nous prenons notre train à 6h00, nous sommes nous demandé une seule fois à quelle heure il a fallu que les cheminots se lèvent pour nous permettre de le prendre ? Astreinte et horaires décalés, leur régime de travail n’est-il pas, lui aussi, spécial ?


Quant à savoir s’ils font tout le temps grève, une simple comparaison des journées chômées dans les 26 pays de l’Union suffit pour démontrer que les français se situent plutôt dans la moyenne basse au nombre de journées de grève. De même, il suffit d’une simple réflexion pour se rendre compte que le statut de fonctionnaire donne autant de devoirs que de droits. Et que ce sont justement ces devoirs faits aux fonctionnaires, et à la Fonction Publique dans son ensemble, qui assurent à tous une égalité – et non pas une équité - de traitement. Que vous soyez puissant ou misérable, vous avez droit à prendre le train ou le métro, à bénéficier des services de la police, de l’éducation, de la justice, etc …


« Ils prennent les usagers en otage »
, … vraiment ? Ainsi donc les usagers, dont je fais partie et dont la plupart d’entre nous font partie, seraient pris en otage ! Moi qui croyais innocemment que les mots avaient un sens. Que la définition du mot otage pouvait s’appliquer à Daniel Pearl ou à Ingrid Bétancour. Quel scandale, quelle indécence dans l’outrance verbale ! Non, nous ne sommes pas pris en otage, tout juste sommes nous gênés, dérangés, agacés … mais pris en otage certainement pas !


« Et de toutes les façons, le régime général des retraites est trop déficitaire, il n’y a pas d’autre choix »
, ... en êtes vous si surs ? Car à l’augmentation du temps de cotisation des salariés, il pourrait être préféré l’augmentation des cotisations patronales. Ce serait d’ailleurs une solution équitable, pour reprendre un tere cher à ceux qui sont favorables à cette réforme, car cela viendrait rééquilibrer la part des salaires dans la valeur ajoutée en vue de financer les retraites. De plus cela permettrait non pas un alignement de tous à 40 années mais le retour pour tous à 37,5 années de cotisations. Pour ce faire, selon les économistes de l’association ATTAC - une association pas particulièrement révolutionnaire ou soixante-huitarde comme les conflits de cet été en son sein l’ont montré - une augmentation de 15 points du taux de cotisation lissée sur 40 ans suffirait. Et cela représenterait, en moyenne, une augmentation des cotisations patronales de 0,375% seulement par an pendant 40 ans. 0,375%!


En conclusion, et pour couper court à tout commentaire de ce genre, je tiens à signaler que je ne suis pas bénéficiaire d’un régime spécial de retraites et que, compte tenu du fait que je n’ai trouvé que tardivement un emploi à temps plein, je n’ai aucune chance d’avoir une retraite à taux plein. Mais que cela ne m’empêche pas de me poser des questions, d'essayer de m'informer plutôt que de mugir avec la meute …


tgvpost.jpg

 

Publié dans Miscellanees de 2007

Commenter cet article

Louis 29/11/2007 19:06

Hello
j'aime beaucoup comme tu reflechis, en oubliant les prejugés pour se concentrer sur les faits réels
J'essaie de faire pareil,étant de droite, en faisant attention de ne pas critiquer avant de mettre informé

Voila donc si tu veux faire un tour sur mon blog, ou me tenir au courrant si tu ecris d'autres articles...

Louis

patch 03/11/2007 17:43

Oui, intéressant, c'est une façon (pertinente) de voir les choses....
En fait, mon billet n'est pas tant dû à la grève en elle-même, mais aux propos qui ont été dit, cette façon de se plaindre...Il n'y a pas que les cheminots qui bossent la nuit, les jours fériés, les week-ends, 24h sur 24, 365 jours par an, dans le privé ça nous arrive aussi (plus qu'on le croit)...et le matin c'est réveil à 3h50 direction le taf.
Il est clair qui en a qui vont me dire qu'il fallait faire des études, faire ci ou faire ça, mais on a pas toujours le choix, on prend ce que l'on peut trouver ou l'on veut bien nous donner....Quand on a une famille à nourrir, je pense que de nos jours on peut s'estimer heureux de decrocher un CDI,même en usine, quand à en changer, oui, j'ai pas mal de connaissances qui ont essayer, formation, diplomes en poches, etc....trop vieux, trop jeunes, pas assez d'experience, etc....
Je suis désolé, quand on décide de passer un concours pour ensuite postuler et décrocher un poste au sein d'une administration ou d'une entreprise public telle que EDF ou SNCF, on se renseigne un minimum sur les conditions de travail, et de ce qui va avec....
J'ai eu des exemples qui m'ont fait bondir, tel que cette employée d'accueil de prefecture qui m'a littéralement viré parce-qu'il était moins dix de l'heure à laquelle madame devait finir!!(et sa façon de s'exprimer n'étais pas des plus cordiale)...
On va ou là? J'ai bossé (dans un délai très court)dans un commerce, quand le client se pointait à +5mn, on le servait encore, car c'est lui qui nous faisais vivre, si tu le virais, il allait voir ailleurs...
Le problème, c'est que les fonctionnaires ne sont pas soumis au rendement, tant théorique que pratique, et il n'y a énormément d'abus et de dérapage,(comme je le stipule dans mon billet), aucun contrôle n'est fait sur la qualité de leur travail au quotidien, donc ils peuvent se permettre tout et n'importe quoi...
J'ai connu une personne dans une cité administrative qui me disait, ayant une secrétaire, il devait quand même faire le plus urgent lui même, sinon rien n'était jamais fait en temps et en heure,et il avait beau lui dire quoi que ce soit, elle en avait rien à foutre....sécurité de l'emploi qu'on appelle ça je crois, non?
Des exemples comme cela il y en à la pelle...
Donc en fait, au lieu de faire grève, de se plaindre, je leur propose un truc aux cheminots, on échange, ça fait 20 ans que je bosse la nuit, les WE, les JF, et j'en ai encore au moins pour 20 si pas plus, et je ne pense pas (même si je n'ai pas à me plaindre) que j'ai leur salaire! Je ne pense pas que j'ai leurs possibilitées d'évolution de carrière, leur avantages, etc...
Je ne dis pas qu'il faille généraliser non plus, que ce soit dans le privé comme dans le public il y en a qui profite du système et d'autre qui sont sérieux...
Pour terminer, je suis d'accord avec toi quand tu dis, supprimons alors l'ensemble des régimes spéciaux, ceux des patrons comme ceux de nos gouvernants, mais ça c'est une autre histoire...Et je ne vois vraiment pas à ce jour qui aurait les moyens de se prendre pour Zorro et d'établir ne serait-ce qu'un semblant de justice et non pas d'égalité dans ce pays...

alain 27/10/2007 21:51

Bien vu Krissolo ! Pour les cheminots regarde là : http://arretsurimages.net/post/2007/10/22/Regime-special-qui-dit-pas-son-nom
Bon dimanche !

mamylette 27/10/2007 16:43

je n'ai pas souvenir que dans les manifs de la grève, on ait parlé de cette corporation ,le bâtiment, qui est un métier très pénible pour ceux qui sont en bas de l'échelle salariale, ils sont usés avant 50ans par les intempéries, les charges sur le dos, le marteau piqueur,la misère de leur paye et j'en passe,on ne les voit pas ceux-là faire grève, pourtant ils devraient être prioritaires, et dans un autre domaine les cheminots se plaignent de travailler la nuit et les week-ends, qu'ils aillent faire un tour en médecine, j'ai connu ces problèmes,c'est autre chose que de tenir le manche d'un TGV quand on a la vie des gens entre les mains c'est autrement stressant, ils n'ont pas demandé que je sache la retraite plus tôt.

david 26/10/2007 15:35

intéressant cet article cher ami!
un trés bon week end à toi en tout cas!